Skip to content

Les types de déploiements dans le Cloud

Le cloud est pour certains administrateurs et technologues, toujours en 2019, une notion floue et non précise. Les gens connaissent le terme et l’utilité en générale, mais derrière le terme ce cache de nouvelles notions et façon de travailler extrêmement différentes de ce que nous avons toujours connu.

Les services et ressources pouvant être consommés dans le cloud sont multiples et grossissent de façon exponentielle, chaque jour. Une veille technologique constante est nécessaire, car le train avance vite et à une vélocité plus rapide que jamais.

Ces changements impactent nécessairement des modifications dans vos infrastructures. Je crois donc qu’il est important en premiers lieux de connaitre les types de déploiement possible afin de pouvoir faire une transition en douceur ou encore une transition radicale, 100% cloud.

Il existe principalement trois types de déploiement possible dans le cloud. Le déploiement défini en premier lieu, la ou les données sont stocké et comment vos utilisateurs ou clients interagiront avec lesdites données. En seconds lieux, le type de déploiement définit la charge de gestion que vous devez ou avez envie de gérer.

Types de déploiements

1 – Public cloud

Le cloud public est le modèle de déploiement le plus commun, surtout pour les nouvelles entreprises ou celle qui a effectué un virage 100% cloud. Dans ce type de déploiement, l’infrastructure en entier est dans le cloud. Nous n’avons donc plus de matériel « On Premise », le code et l’infrastructure en entier sont dans le cloud public. Les ressources sont donc partagées par plusieurs clients, mais en étant toujours isolées. Cette approche permet de réduire les couts tout en conservant un niveau de sécurité acceptable.

Les avantages du cloud public sont les suivantes :

  • Haute disponibilité – Les outils mis à la disposition des usagers permettent de configurer un environnement hautement disponible avec des configurations mineures.
  • Hautement évolutif / agile – Il n’est plus nécessaire d’acquérir du matériel couteux et extrêmement difficile à configurer.
  • Paiement à la demande – Vous payez pour les ressources que vous utilisez. Si vous avez besoin de plus de puissances dans seulement certains moments précis, le cloud public vous permet de grossir à l’horizontale ou à la verticale.
  • Vous n’êtes plus responsable des mises à jour ou des maintenances – Le fournisseur de cloud s’occupe de tout au niveau maintenance.
  • Connaissance technique minimale – Pour rendre un cloud fonctionnel, un minimum de connaissances est nécessaire. Avec quelques essaie erreur, vous aurez un environnement fonctionnel.

2 – Private Cloud

Le cloud privé est essentiellement comme le cloud public, la seule différence est qu’à la place de partager les ressources avec d’autres clients et utilisateurs, vous louez les ressources pour vous seulement. Par exemple, vous pourriez louer plusieurs hôtes et créer un cluster qui serait spécifiquement réservé à vous, tout en restant dans le cloud. Vous n’êtes toujours pas responsable du matériel et vous ne vous préoccupez que de payer votre facture mensuelle/annuelle. Les avantages d’un cloud privé sont :

  • Réservation des ressources et scale sur demande
  • Isolation dans un périmètre virtuelle et physique
  • Contrôle sur vos environnements en n’ayant aucun voisin bruyant
  • Économie de coûts en gérant vos budgets opérationnels à la place de vos budget de capital et acquisition de matériel
  • Flexibilité

Bien que vous économisez dans l’acquisition de matériel, le primate cloud peut aussi bien être dans votre infrastructure On premise. Plusieurs solutions permettent d’héberger votre propre primate cloud. Je parle ici de Azure Stack qui est propriétaire à Microsoft ou Open Stack qui est un logiciel libre. Plusieurs raisons organisationnelles peuvent faire pencher la balance vers un cloud privé on premise versus un cloud privé dans le cloud.

3 – Hybrid Cloud

Le cloud Hybrid est quant à lui un mixte entre le cloud public et le cloud privé. De la le nom “Hybride”. Avec ce type d’infrastructure, vous avez une partie de votre infrastructure sur place et l’autre partie dans le cloud privé ou public. Ce type de déploiement est privilégié par plusieurs organismes pour plusieurs raisons aussi différentes les unes que les autres. Malgré que les raisons principales sont souvent communes, ce déploiement est utilisé la plupart du temps pour avoir les services critiques ou sensibles sur place et les services moins importants ou plus collaboratifs dans le nuage.

Une autre raison d’utiliser l’hybride-cloud est lors de mouvement des infrastructures vers le cloud afin de conserver les services fonctionnelles. Par exemple, une migration de Exchange on premise vers Exchange Online, un déploiement hybride permettra la continuité et l’accessibilité du service aux utilisateurs et systèmes.

Au final, le type de déploiement devra être considéré par plusieurs facteurs dépendant de vos besoins organisationnels et devra être réfléchi correctement, car la gestion et la maintenance de vos infrastructures en seront impactées dans votre quotidien et dans votre futur opérationnel.

Published inAzureMicrosoft